h1

Le journal intime de Georgia Nicolson, tome 1 : Mon nez, mon chat, l’amour et moi ~ Louise Rennison

4 mars 2011

Je relis très rarement, pour ne pas dire jamais. Je crois que ma dernière relecture doit dater d’Antéchrista d’Amélie Nothomb en 2003 puis en 2004, quelque chose comme ça… Aujourd’hui, j’avais besoin d’autre chose, de soleil dans mes lectures sombres qui me ressemblent… auxquelles je ressemble trop. Après avoir vu l’adaptation cinématographique du Journal intime de Georgia Nicolson, la tentation de relire les pensées de Georgia vis-à-vis de son Super-Canon en l’imaginant désormais avec les traits de ce dieu de la top-sexitude qu’est Aaron Johnson était définitivement trop forte.

Je me souviens de ces fous rires étouffés sous la couette vers 12-13 ans. A 22 ans, ces fous rires sont exactement les mêmes, sauf qu’ils ne sont plus seulement partagés avec la meilleure maman du monde : j’ai fait de minimoi, ma p’tite sœur de 11 ans, une véritable accro.

Georgia, c’est l’adolescente type qui pète un plomb à la veille de ses 15 ans. Lorsque Robbie et Tom débarquent dans sa vie et celle de ses meilleures copines Jas, Ellen, Jools et Rosie, la chasse au Super-Canon commence et Georgia ne s’épargne rien. De plans foireux en idées catastrophes, le quotidien de Georgia est désopilant. Avoir l’air mature et désirable devient une réelle obsession et Georgia nous la fait passer sous son ironie omniprésente et son humour décapant. Son chat Angus, énorme et sauvage, est irrésistiblement cinglé, sa petite sœur Libby, 3 ans, n’a pas l’air plus saine d’esprit et ses parents, sont… comme tous les parents, vieux et grotesques ! 

Le fait que le lecteur, disons plutôt la lectrice, n’ait que la vision de Georgia sur tout ce qui l’entoure fait de ce livre (et de toute la série) un roman tout à fait burlesque où les folies de Georgia transparaissent un peu à travers chaque personnage, ce qui leur donne à tous un côté complètement frappé. Louise Rennison fait aussi ressortir le côté comique du journal intime et appuie la spontanéité de son héroïne en nous donnant les pensées de Georgia au fil des mois, jours, heures, minutes ! Ses complexes sans cesse exagérés sont à mourir de rire. Entre premiers baisers, soirées entre copines et crises de rire en classe, Georgia nous raconte tout et on ne s’ennuie pas. Et puis j’adooore quand elle essaie de parler français pour faire plus sensuel.

Une vraie lecture détente pour filles pleine de fraîcheur !

 

Quelques extraits

Maman refuse que papa ait une cabane de jardin depuis qu’il a transformé la sienne en QG pour mouches bleues en oubliant ses asticots pour la pêche dedans.

L’autre jour quand l’électricien est venu réparer le frigo qui avait explosé, il a demandé à maman :

— Vous pouvez me dire quel est le dingue qui a branché ce frigo ? Y a quelqu’un qui vous en veut dans votre entourage ?

Et bien sûr, celui qui avait fait le branchement, c’était papa. [P. 18]

 

19h. Suis au lit. Oncle Eddie prétend qu’il existe une force invisible qu’on ne peut pas maîtriser et qui œuvre à notre insu… Si c’est vrai cette histoire, quelqu’un peut me dire pourquoi elle s’en prend à moi ? [P. 46]

 

J’ai emmené Libby faire une balade en poussette. Ambiance blues automnal. Elle n’arrêtait pas de chanter : « Je suis la reine. Oh, je suis la reine. » Elle avait refusé que je lui enlève ses ailes magiques et l’installation dans la poussette avait viré au cauchemar. Les nuages filaient à toute blinde dans le ciel mais il y avait du soleil et l’air était vif. En faisant un petit effort, j’ai réussi à tomber le masque et j’ai fini par accompagner Libby dans ses vocalises. On était en train de hurler toutes les deux : « Je suis la reine. Oh, je suis la reine » quand il a surgi d’une Mini Cooper rouge. Robbie. Le Super-Canon.

— Bonjour ! On se connaît, il me semble, non ? [P. 53]

 

Conclusion. Une soirée de rêve. Je suis déjà au lit. Mon « petit copain » est un hooligan. Le précédent était un bulot. Le garçon que j’aime me déteste. Il préfère une nouille maigrichonne à oreilles décollées…

P-S : Mon soi-disant « chat » m’a craché dessus alors que je suis rentrée quasi en larmes. [P. 104]

 

RENNISON, Louise. Le journal intime de Georgia Nicolson, tome 1 : Mon nez, mon chat, l’amour et moi. Paris : Gallimard, impr. 2002. (Scripto) 189 p. ISBN 2-07-053799-4

About these ads

14 commentaires

  1. Je sais ce que je vais lire! C’est exactement ce dont j’ai besoin en ce moment en plus, d’un bon gros rayon de soleil. Hâte. Et puis Robie est comme qui dirait… prometteur. je plussoie mille fois pour le " dieu de la top-sexitude" ^^


    • Bonne lecture, Zatounette !! Profite bien de ce rayon de soleil ! :)


  2. j’adore cette série ! je l’ai découverte à 13 – 14 ans pareil et je l’ai fait découvrir à ma petite cousine et elle en ai aussi accro, un peu comme ta sœur lol


    • Je trouve ça super chouette de faire découvrir des choses hilarantes quand on a soi-disant passé l’âge ! :D


  3. Un très bon moment de détente, oui :)
    Je vais essayer d’emprunter la suite des aventures de Georgia, pour mes prochaines vacances ça sera parfait !


    • Tu vas passer de super vacances alors ! Bonne rigolade avec Georgia, Jas, S-C et les autres ! :)


  4. J’adore Georgia. Je n’ai lu que 2 tomes mais franchement, je suis tout à fait fan de ses aventures. J’ai ri pour mourir!


    • Raaah moi aussi, je souris comme une cruche à chaque fois que j’entame une page… Quand on lit Georgia, on sait d’avance qu’on va agoniser des zygomatiques et des abdos !! :)


  5. lu avec beaucoup de plaisir il y a quelque temps (d’ailleurs IL FAUT relever que le chromosome Y ne nuit pas – en principe – à l’appréciation de l’œuvre de Rennison). Par contre pour les anglophones, même débutants, il vaut le peine de se taper la v.o. de ces confessions, tant la cocasserie qui les caractérise s’en trouve décuplée.
    une question cependant me tarabuste. ne m’état pas appuyé l’entier de cette série, quelqu’un pourrait-il m’éclairer : s’essouffle t’elle, tient-elle la distance ?
    enfin, angus = pdtr de lol de mdr.


    • Ah, je suis heureuse d’apprendre qu’il n’y a donc pas que des lectrices de Rennison ! :)
      Tu me donnes envie de tenter la VO… Le problème c’est que ma petite soeur les lit aussi et elle n’est déjà pas bonne lectrice en VF alors…

      Je m’étais arrêtée au troisième tome quand je les ai lus la première fois alors je ne sais pas encore te dire si ça s’essouffle… J’ai lu quelque part que c’était toujours la même chose. M’enfin personnellement, quand j’ouvre le premier tome, je sais pertinemment que le style ne changera pas et que même si Georgia évolue, pour garder le même esprit il faut de toute façon garder beaucoup de choses !

      Et je plussoie complètement pour Angus ! :p


  6. Je ne connais pas du tout, mais depuis l’an dernier, j’en entends parler par-ci, par-là. Peut-être devrais je essayer ^^ Sinon l’offrir à mes nièces et leur emprunter =D


    • L’offrir à tes nièces est une très bonne idée ! :)


  7. Oh !!! Que de souvenirs avec ce livre que j’avais aussi adoré jeune ado. J’avais lu les trois premiers tomes (je viens de voir sur Amazon qu’il y en a dix maintenant). Plein de souvenirs en tête grâce à ta chronique. La prochaine fois que je vais chez mes parents, j’embarque les trois livres pour les relire. Merci !!


    • De rien ! :)
      J’avais lu les trois premiers tomes aussi vers 13-14 ans.
      Tu verras, on rit toujours autant ! Ca m’a fait vraiment du bien de retrouver cette légèreté et ces fous rires !



Laisser une divagation

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 655 followers

%d bloggers like this: